Maurice Strong : Un autre dirigeant occulte

Publié le 03 nov. 2006 sur le blog Brainsturbator


C’est une fonction assez importante de Brainsturbator : mettre les gars dans les coulisses sous les projecteurs.

Maurice Strong Tout comme Warren Buffett, Maurice Strong est difficile à haïr. D’un autre côté, il est important de se rappeler que les gens qui ont la certitude de faire ce qu’il faut sont vraiment la plus grave menace pour la race humaine. Et Maurice Strong, eh bien…..il pourrait être un sacré problème. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter, l’homme est un multimilliardaire super connecté avec du pouvoir sur le plan mondial, donc ce n’est pas comme si on pouvait l’arrêter juste comme ça. Regardons le monde que Maurice Strong construit pour nous.

Quand vous considérez sérieusement la question de la paix, vous arrivez à plusieurs vilaines conclusions. Le lecteur est le bienvenu pour discuter de chacune d’entre elles, d’autant plus que je ne prétends même pas les étayer par des preuves. Tout d’abord, la raison pour laquelle la race humaine n’a pas la paix, c’est parce qu’elle ne veut pas la paix. La deuxième conclusion logique serait que si vous voulez parvenir à la paix dans le monde, vous devez l’imposer aux gens.

C’est hilarant, non ? Dans cet esprit, jetons un coup d’oeil à quelques remarques de Maurice Strong :

Maurice Strong

“Il est clair que les modes de vie et les modes de consommation actuels de la classe moyenne aisée… impliquant une consommation élevée de viande, la consommation de grandes quantités d’aliments surgelés et d’aliments prêts à consommer, la propriété de véhicules automobiles, de petits appareils électriques, la climatisation de la maison et du lieu de travail, et le logement en banlieue ne sont pas durables… Un changement est nécessaire vers des modes de vie moins orientés sur des habitudes de consommation néfastes à l’environnement.”

Ce genre de déclarations ont provoqué un tollé parmi les fiers patriotes américains — du type chrétien et idiot — qui préféreraient abandonner leurs filles aux Arabes plutôt que d’abandonner leur style de vie. Maintenant, bien que le fait qu’un homme avec le pouvoir et l’influence de Maurice Strong puisse dire ce genre de choses soit troublant, ce qui est encore plus troublant est le fait qu’il ait raison.

Mais comment feriez-vous pour forcer le changement ? Maurice Strong, comme tous les autres maitres cachés, a beaucoup parlé de ses plans. Après tout, ce n’est pas comme s’il avait beaucoup de soucis à se faire, il est déjà au pouvoir et les gens sont, en général, des animaux très stupides. Observez le passage suivant d’une entrevue avec un magazine canadien en 1990 :

“Chaque année, le Forum économique mondial se réunit à Davos, en Suisse. Plus d’un millier de PDG, de premiers ministres, de ministres des Finances et d’universitaires de premier plan se réunissent en février pour assister à des réunions et établir les programmes économiques de l’année à venir.

Que se passerait-il si un petit groupe de ces leaders mondiaux arrivaient à la conclusion que le principal risque pour la planète provient des actions des pays riches ? Et pour que le monde survive, il faudrait que ces pays riches signent un accord réduisant leur impact sur l’environnement. Vont-ils le faire ? Les pays riches accepteront-ils de réduire leur impact sur l’environnement ? Accepteront-ils de sauver la terre ?

La conclusion du groupe est “non”. Les pays riches ne le feront pas. Ils ne changeront pas. Alors, pour sauver la planète, le groupe décide : n’est-ce pas le seul espoir pour la planète que les civilisations industrialisées s’effondrent ? N’est-ce pas notre responsabilité d’y parvenir ?

Ce groupe de dirigeants mondiaux forme une société secrète pour provoquer l’effondrement du monde. On est en février. Ils sont tous à Davos. Ce ne sont pas des terroristes, ce sont des dirigeants mondiaux. Ils se sont positionnés sur les marchés mondiaux des matières premières et des actions. Ils ont créé la panique en utilisant leur accès aux marchés boursiers, aux ordinateurs et aux fournitures d’or. Ensuite, ils empêchent la fermeture des marchés. Ils bloquent les engrenages. Ils ont des mercenaires qui retiennent en otage les dirigeants du reste du monde à Davros. Les marchés ne peuvent pas fermer. Les pays riches…. ? et Strong fait un léger mouvement avec ses doigts comme s’il lançait un mégot de cigarette par la fenêtre.

Je suis resté assis là, envoûté. Ce n’est pas un bonimenteur qui parle. Voici Maurice Strong. Il connaît ces dirigeants mondiaux. Il est, en fait, coprésident du Conseil du Forum économique mondial. Il siège au coeur du pouvoir. Il est en mesure de le faire.

Les lecteurs qui s’intéressent à l’économie se disent peut-être que c’est exactement ce qui s’est passé au cours de la dernière décennie… et ce qui fait peur, c’est qu’ils ont peut-être raison. Ajoutant de l’huile sur le feu à un incendie déjà bizarre, Maurice a une date butoir très claire en tête. Si vous avez deviné 2012, vous avez raison. (Et vous devriez probablement reconsidérer pourquoi vous devineriez 2012.)

Cette imbrication… est la nouvelle réalité du siècle, avec de profondes implications pour la forme de nos institutions de gouvernance, nationales et internationales. D’ici 2012, ces changements doivent être pleinement intégrés dans notre vie économique et politique.

Divulgation complète

Au cas où le lecteur serait curieux de connaître les préjugés du personnel de l’IBPT, nous sommes tous en faveur d’un gouvernement mondial unique, car il sera beaucoup plus facile à renverser que 193 gouvernements individuels. Nous sommes également tous en faveur de l’érosion de la souveraineté des États-Unis, car les États-Unis sont clairement incapables de démocratie, ou même de civilisation, franchement.

Le spectacle continue…

Maurice Strong La blague, bien sûr, c’est qu’il n’y a personne en qui nous pourrions avoir confiance pour prendre des décisions à notre place. Maurice Strong, aussi bienveillant qu’il soit dans ses intentions, finira quelque part pendu à un réverbère s’il envisage sérieusement de telles mesures, tout comme Paul Erlich, un collègue et ami de Strong, qui a recommandé dans son livre “The Population Bomb” :

“La première tâche est le contrôle de la population à la maison. Comment s’y prendre ? Bon nombre de mes collègues estiment qu’une sorte de régulation obligatoire des naissances serait nécessaire pour parvenir à un tel contrôle. L’un des plans souvent mentionnés prévoit l’ajout de stérilisants temporaires aux approvisionnements en eau ou aux aliments de base. Le gouvernement rationnerait soigneusement les doses de l’antidote pour produire la taille de population désirée.” (pg. 135)

Pensez aussi aux paroles du mentor de Maurice Strong, David Rockefeller :

Quel que soit le prix de la Révolution chinoise, il est évident qu’elle a réussi non seulement à produire une administration plus efficace et plus dévouée, mais aussi à favoriser un moral élevé et une communauté soudée pour atteindre les objectifs. L’expérience sociale en Chine sous la direction du président Mao est l’une des plus importantes et des plus réussies de l’histoire humaine.

Pensons aussi à Ted Turner, un autre ami des Rockefeller, un autre partisan des Nations Unies, et à son évaluation classique des problèmes mondiaux :

“Une population totale de 250 à 300 millions d’habitants, soit 95% de moins qu’aujourd’hui, serait l’idéal.”

Mourir de faim à la croisée des chemins

Kallisti Eris On ne dira jamais assez, dans ce climat moderne d’ignorance et de rage, que Brainsturbator est pacifiste par nécessité et par dessein. Quelle que soit la “raison” invoquée, la violence n’est que violence. Même si vous avez l’impression de porter un coup pour la liberté en faisant quelque chose comme tuer un flic, en réalité, tout ce que vous avez réussi à faire, c’est de tuer le père de quelqu’un d’autre.

Il en va de même pour des actes tels que l’assassinat de chefs d’État, qui ne feront qu’accroître la violence et la répression. L’histoire a été très claire à ce sujet : assassiner des dirigeants ne fait que renforcer les régimes qui les soutiennent.

Bien qu’on puisse parler de génocide en termes choisis tels que “réduction de la population”, il s’agit quand même de millions de cadavres. Il s’agit là d’un vilain sujet et d’une violation flagrante de la politique de Brainsturbator qui consiste à “se concentrer sur un avenir positif”, mais j’aimerais donner au lecteur un aperçu de la mâchoire béante que je contemple presque chaque jour ces derniers temps.

Malheureusement, me traiter d’alarmiste ou de paranoïaque ne répond pas à ce que je dis, cela ne fait que calmer vos peurs. L’existence d’une “élite mondiale” est parfaitement réelle, même si le lecteur est bien sûr invité à le nier. Et un grand nombre des hommes - et ce sont tous des hommes - qui composent cette élite mondiale ont déclaré, encore et encore, sans équivoque, qu’ils aimeraient éliminer une grande partie des humains qui vivent actuellement sur Terre.

En fait, il existe une surabondance de méthodes d’extermination de masse à ce stade de l’histoire de l’humanité. Nous avons donc ici un noeud très dangereux et troublant, un point où plusieurs liens se chevauchent et s’entrelacent. Nous avons un petit groupe d’humains très puissants qui ont exprimé un désir de “réduction de la population” et qui ont les moyens d’atteindre cet objectif.

Ce n’est pas quelque chose que tout le monde peut affronter, et je ne vous blâmerais pas de m’abandonner là, si vous ne l’avez pas déjà fait…




Accueil » Articles » Maurice Strong : Un autre dirigeant occulte