Jacques Vallée, Pensée critique & UFOlogie intelligente

Publié le 24 Janvier 2007 sur le blog Brainsturbator


Revelations book cover C’est encore une autre préface à notre prochaine série sur l’UFOlogie - la première était notre bibliothèque d’UFOlogie. Au cours du dernier mois, j’ai reçu de nombreux courriels de personnes qui préféreraient voir Brainsturbator aller dans une autre direction. Certains de ces messages ont été éloquents et polis, d’autres ont été très conflictuels, mais ils sont tous du même avis : sur une planète où plus de 16 000 enfants meurent chaque jour de faim, de maladie, d’abus ou de la guerre, pourquoi diable est-ce que je parle des aliens ?

Tout d’abord, je ne parle pas des extraterrestres. Le phénomène OVNI est bien plus étrange que les extraterrestres. Et c’est précisément pourquoi je m’y intéresse, et c’est pourquoi je continuerai à le couvrir - il est situé au centre de presque tout ce qui est bizarre et inexpliqué dans l’expérience humaine. C’est un terrain glissant, et il est très facile de trébucher sur ses propres suppositions, il est très facile de faire des erreurs - des erreurs énormes.

Bref, l’UFOlogie est une excellente occasion de perfectionner votre esprit critique - et c’est sur cela que portera l’article d’aujourd’hui, avec l’aide considérable de notre ami, Jacques Vallée.

Jacques Vallée Dans le livre de Vallée (carrément bon et essentiel) “Revelations”, il commence par analyser trois des fondements de la mythologie moderne des OVNI : les documents “Majestic 12”, la “Zone 51”, et la base souterraine de Dulce. Ses conclusions sont beaucoup plus accablantes que n’importe quel article “sceptique” de démystification, car au lieu de partir de l’hypothèse que les allégations sont fausses, Vallée a enquêté en gardant l’esprit ouvert.

—pg. 280

Je suis probablement la seule personne qui ne sait pas ce que sont les OVNI. La plupart des UFOlogistes savent (ou pensent savoir) que les ovnis sont des engins spatiaux, en d’autres termes, des engins spatiaux d’une autre planète. On nous dit que même la question de leur motivation a été résolue : ils viennent ici pour voler notre matériel génétique. Neuf millions d’Américains auraient été enlevés.
Entre-temps, la grande majorité des scientifiques et des technologistes continuent de considérer tout cela comme un non-sens total, ils peuvent reconnaître l’existence d’un phénomène étrange, mais ils savent (ou pensent savoir) qu’il n’est plus digne d’étude depuis le rapport Condon, qui a été publié par la “National Academy of Sciences” et l’Université du Colorado il y a vingt-trois ans.
Jamais la situation n’a été aussi clairement polarisée. Il n’a jamais été aussi difficile de faire de bonnes recherches.

Construire une nouvelle religion

Tom Cruise

Comme nous le savons (ou pensons le savoir) grâce aux expériences réalisées par Stanley Milgram et Martin Orne, la méthode la plus efficace pour atteindre le pouvoir est de commander. Les statistiques confirment que, dans 61 % des cas, les humains infligent de la douleur à un autre humain s’ils en reçoivent l’ordre de la part d’une personne qu’ils perçoivent comme une figure d’autorité (Comme indice utile, “l’autorité” est atteinte tout comme “le pouvoir”). Et peut-être pire encore, 90% accompliront des tâches insignifiantes et répétitives pendant des heures et des heures.

Alors, creusez : cela nous amène à la même conclusion que celle que nous tirons de l’expérience de pensée du “Dilemme du Prisonnier”. C’est une conclusion plutôt moche : la stratégie de jeu la plus efficace dans la vie est vraiment d’être un trou du cul égoïste. Les maths ne mentent pas, Brahiem. Si vous pensez que cela signifie que vous devriez être un trou du cul égoïste, ce ne sera pas difficile, car il y a de fortes chances que vous le soyez déjà. (J’espère que personne ne va mal le prendre, mais je me doute bien que quelqu’un le fera).

Voici ce que tout cela a à voir avec la fabrication d’une nouvelle religion : c’est juste un jeu de chiffres. Quelle est la différence entre les “Branch Davidians” écrasés par des chars d’assaut ou brûlés vifs et les scientologues qui publient des communiqués de presse sur la manière dont Tom Cruise est comparable à Jésus ? L’argent et les adeptes. Plus d’argent, plus d’adeptes, et même si je déteste écrire cela, les scientologues qui disent qu’ils seront traités comme une religion légitime à l’avenir ont parfaitement raison.

Prenons l’exemple de William Sims Bainbridge, qui a publié un article intitulé “Attitudes à l’égard de la communication interstellaire”, qui est très sous-estimé et fascinant. Il est également l’auteur d’un article qui est tristement célèbre dans certains cercles - et je suis probablement dans au moins deux d’entre eux - intitulé “Religions pour une civilisation galactique”, dans lequel il formule les points saillants suivants :

William Sims Bainbridge Si l’humanité ne peut pas résoudre ses problèmes, un mouvement semi-religieux pourrait en effet naître pour demander conseil à des êtres plus avancés dans la galaxie. De grandes ressources pourraient être consacrées à l’écoute des signaux radio. Peut-être le projet réussirait-il à capter les messages d’autres civilisations technologiques, et ce de multiples façons, ce qui stimulerait le développement pratique des vols spatiaux. Ainsi, nous pouvons entendre les voix d’autres “hommes” à travers des instruments conçus pour recevoir la voix de Dieu.
Il existe aujourd’hui une religion très efficace, dérivée de la science-fiction, qui répond à toutes les exigences sociologiques connues pour une Église de Dieu galactique réussie. Je fais référence, bien sûr, à la Scientologie. Je dois expliquer tout de suite que je ne suis pas scientologue et que je n’ai pas l’intention de promouvoir cette nouvelle religion. En fait, deux de mes articles scientifiques publiés pourraient être considérés comme assez critiques à l’égard des prétentions et des origines de la Scientologie. Pourtant, je conclurai cet essai par une discussion sur la Scientologie, parce qu’elle pourrait bien être la première des religions de science-fiction à devenir une grande dénomination influente et parce qu’elle favorise effectivement la civilisation galactique.”

Deux choses incroyables : d’une part, je ne suis pas la première personne à penser à charger un satellite rempli de transmissions “extraterrestres”, à le lancer dans l’espace et à le placer pour commencer à “transmettre” des menaces de forte puissance - ou à faire des promesses - dès lors qu’il sera hors du système solaire. (…et l’hilarité s’ensuit…) Et pour deux d’entre eux, les sociologues considèrent la Scientologie comme une candidate potentielle pour la prochaine grande religion.

Jacques Vallée, encore (pg. 37) :

Au cours des dix dernières années, l’énigme OVNI est devenue un thème important dans le développement de nouveaux systèmes de croyances. Dans les chapitres suivants, je montrerai qu’il s’agit d’un cadre approprié pour ceux qui veulent construire de nouveaux cultes, ou simplement observer la dynamique sociale des groupes marginaux.
Les manipulations de la croyance qui sont évidentes dans la mythologie construite autour des extraterrestres, et qui se poursuivent avec la simulation sophistiquée de rencontres rapprochées… vont bien plus loin dans notre culture que le lecteur occasionnel des tabloïds de supermarché, ou même l’étudiant sérieux des histoires d’OVNIs, ne pourraient le soupçonner.

Il poursuit un peu plus loin dans le livre (pg. 284):

L’attente des extraterrestres est un effet sociologique qui, en soi, peut être, et est exploité pour une guerre psychologique sophistiquée et terre-à-terre. Bien que peu d’argent ait été consacré à la recherche sur les OVNI, des efforts considérables ont été faits pour étudier, documenter et exploiter la croyance dans les extraterrestres. Quelqu’un a utilisé (et continue d’utiliser) l’impact sociologique du phénomène à ses propres fins, brouillant les cartes et rendant la vie d’un chercheur objectif très difficile.

…Et nous nous souvenons tous de la guerre psychologique

Michael Aquino L’homme sur la photo est Michael Aquino, et il vaut la peine qu’on le scrute d’un plus près, par rapport au matériau traité ici. J’ai découvert Michael Aquino lorsqu’il était un pédophile sataniste, impliqué dans le scandale très étrange de l’Abus Rituel Satanique au Presidio en Californie (Il a aussi été lié à l’étouffement du scandale de Franklin par Noreen Gosch). Aquino est aussi l’ancien Grand Prêtre du Temple de Set, une faction de l’Église de Satan d’Anton LaVey sur la côte ouest, et il a écrit un très curieux article de “debunking” à propos du “Remote Viewing” (expériences de vision à distance, NdT) : “Project Star Gate : 20 Million up in Smoke (and Mirrors)”. C’est curieux pour deux raisons : premièrement, qu’un occultiste actif de haut rang écrive un tel essai, et deuxièmement, c’est écrit comme si la physique quantique n’avait jamais existé, s’appuyant sur une logique obsolète mais “de bon sens”. Bien que ce ne soit que mon opinion, je pense qu’il est assez évident qu’il essaie juste de remuer de la boue dans une eau déjà passablement trouble.

Là où Michael Aquino recoupe vraiment l’article d’aujourd’hui, c’est dans ses premiers travaux pour l’armée américaine : deux articles sur la guerre psychologique. Le premier est celui des “opérations psychologiques : La dimension éthique” et le suivant est “Des PsyOps à MindWar : La psychologie de la victoire”. Les deux documents sont des lectures importantes, et ils sont encore bien pires qu’ils n’en ont l’air.

Quelles que soient les perversions les plus sombres dans lesquelles Aquino puisse être impliqué, ce sont des secrets qui mourront probablement avec lui, s’ils existent. Cependant, ses antécédents en matière de renseignement militaire sont de notoriété publique, et il est fier de fournir un curriculum vitae sur son site Web. Bien que cela puisse être une opération psychologique en soi, qui sait ?

Entretien de Vallée avec William Cooper

Behold a pale horse Je reçois beaucoup de courriels de gens qui me demandent si j’ai lu “Behold a Pale Horse”. Oui, ce livre m’a époustouflé quand j’avais 12 ans. Bien sûr, j’ai 25 ans maintenant, alors j’espère que ce qui suit aidera ces gens à comprendre pourquoi je ne leur ai jamais répondu.

Dans “Revelations”, Vallée rencontre William Cooper pour une entrevue autour d’un dîner. Je vais retranscrire la partie charnière de son souvenir des événements (pg. 66-67) :



“Il y a quatre types d’extraterrestres, reprit Bill Cooper après que la serveuse lui eut apporté un deuxième Chivas. “Il y a deux sortes de Gris, dont une race, peu commune, qui a un gros nez. Et puis il y a les nordiques, les grands Aryens blonds, et enfin les oranges.”

“D’où viennent-ils ?”

“Je me souviens d’avoir vu plusieurs points d’origine mentionnés[dans les rapports du gouvernement qu’il a vus] : Orion, les Pléiades, Bételgeuse, l’étoile de Barnard, et Zeta Réticuli.”

“Vous avez dit qu’on avait un traité avec eux ?”

“Depuis 1964.”

“Pourquoi se donneraient-ils la peine de conclure un traité avec nous, puisque leur technologie est bien plus avancée que la nôtre ? John Lear a parlé d’un milliard d’années.”

“Ils avaient besoin que le gouvernement garde leur présence secrète. Rappelez-vous, nous avions un des extraterrestres sous notre garde. Un radar a affecté leur système de navigation et a déséquilibré leur vaisseau.”

Je n’ai pas dit à Bill que j’avais passé tout l’après-midi à me renseigner sur les appareils à micro-ondes avancés d’une compagnie de guerre électronique. Cette compagnie, basée dans le comté d’Orange, a fabriqué un simulateur radar parmi ses produits militaires. L’idée que nos radars primitifs de 1949 auraient à maintes reprises fait tomber des engins spatiaux du ciel était tout à fait ridicule. Nos propres avions sont équipés d’un DERFUM (Digital Radio Frequency Modulator), un peu plus grand qu’une boîte à chaussures et capable d’apprendre instantanément toutes les caractéristiques des sources électromagnétiques qui fonctionnent à proximité, d’y répondre et même de fournir de fausses informations si nécessaire, en quelques secondes seulement. Il est difficile de croire qu’un vaisseau spatial avec un milliard d’années d’avance sur nous n’aurait pas des capacités similaires, ou supérieures.”

et pg. 70 :

Bill Cooper [Vallée] “Tu crois que c’est si facile de tromper les gens ?”

“La vérité est si incroyable… regardez ce magnifique bateau. Imaginez le “Queen Mary” passant devant une île où la population vivrait encore à l’âge de pierre….qu’est-ce qu’ils en diraient ? C’est notre situation en ce qui concerne les vaisseaux extraterrestres.”

Précisément. Le “Queen Mary” ne prend pas la peine de conclure un traité avec le roi de chaque petite île. Encore une fois, Bill, je ne comprends pas pourquoi les extra-terrestres auraient besoin d’un traité officiel avec nous, s’ils sont si avancés. Il me semble qu’ils nous ignoreraient complètement.”

“Ils devaient s’assurer que notre gouvernement cacherait leur existence au public.”

2007 : Un millier d’imbéciles nés à chaque minute

Malheureusement, “Révélations” a été écrit en 1991. Aujourd’hui, les rumeurs et les mythes des débuts de l’UFOlogie, sur lesquels Vallée essayait d’investiguer, se sont calcifiés en dogmes aussi solides que de la pierre. Prenons l’exemple de la mythologie de Dulce, une vaste base souterraine cachée (” la taille de Manhattan “) où des extraterrestres gris font d’horribles expériences sur les humains qu’ils enlèvent, le tout avec la coopération du gouvernement et de l’armée des États-Unis. Voici Vallée qui essaie de comprendre, il y a près de 20 ans :

Zone 51 “Où est la zone 51 ?” ai-je demandé, me sentant comme un enfant ignorant parmi une assemblée d’érudits.

“Au Nevada, a dit Bill Moore. “Nellis Air Force Base.”

“À Groom Lake, ajouta Linda Howe.

Ils ajoutèrent que, selon John Lear et d’autres, c’était le quartier général des projets Redlight et Snowbird. Mais l’installation principale est censée être au Nouveau-Mexique.

“Pourquoi personne n’est au courant ?” ai-je demandé.

“C’est souterrain, caché dans le désert. Tu ne peux pas le voir.”

“Quelle est sa taille ?”

“La taille de Manhattan.”

“Qui sort les poubelles ?”

Le groupe m’a regardé en état de choc…

Au fur et à mesure qu’ils s’enfoncent dans les détails, les doutes de Vallée ne font que s’accumuler :

Petit Gris “Eh bien, c’est une bonne question, n’est-ce pas ? Qui sort les poubelles ?” répétai-je. “Vous venez de me dire qu’il y avait une ville de la taille de Manhattan sous le Nouveau Mexique. Ils auront besoin d’eau. Ils produiront des déchets solides. Il y aurait des changements massifs dans l’environnement. Où sont les preuves ?”

“Il y a des moyens de cacher de grandes installations souterraines”, m’a-t-on dit sombrement. “Regardez NORAD, Cheyenne Mountain.”

“Et la signature infrarouge ? Tout le monde peut voir le NORAD sur les images satellites. Il y a des routes qui mènent à la montagne. Et la base serait une importante source de chaleur. Elle se détacherait très nettement sur les images satellites infrarouges.”

Le groupe me regarda d’un air suspicieux. “Personne n’a accès à ces satellites, dit Bill. “C’est hautement confidentiel.”

“N’importe quoi. Le satellite français SPOT, qui est commercialement disponible pour les entreprises industrielles et de presse, a une définition de dix mètres. Grâce à un traitement informatique intelligent, la définition peut être améliorée d’au moins un facteur deux. “Il n’y a pas de base souterraine cachée de cette ampleur.”

“Le gouvernement peut garder le secret sur cette information”, a dit quelqu’un.

“Même si vous pouviez cacher ce savoir aux citoyens américains, vous ne pourriez le cacher aux Britanniques, aux Russes, aux Français et aux Israéliens.” [Note - cette liste est beaucoup, beaucoup plus longue en 2007 - quelqu’un a cherché Dulce avec GoogleEarth ?]

Lectures complémentaires pour les primates curieux

Pour les lectures UFOlogiques générales recommandées, jetez un coup d’œil à notre précédent article de la bibliothèque Brainsturbator. D’un intérêt particulier pour tous ceux qui s’intéressent à la pensée des “phénomènes OVNI manipulés vers la constitution d’une nouvelle religion”, le document MUFON compilant 50 ans d’enquêtes d’opinion publique sur les OVNIs, disponible ici, sera particulièrement utile.

Espérons que cela donne au lecteur une idée de l’orientation que prendra la série consacrée à l’UFOlogie sur Brainsturbator. J’espère que cela a encore offensé les militants amers qui m’ont envoyé des courriels. Surtout, j’espère que vous avez aimé lire ceci. Et s’il vous plaît, ne vous méprenez pas : suis-je en train d’insinuer que si vous lisez le livre de Cooper “Behold a Pale Horse” et le considérez comme un document crédible à ce jour, vous êtes une sorte d’idiot ? Oui, absolument. Mais c’est pas grave, je vous aime bien malgré tout.

Je termine par l’un des “sept pièges” de la pensée humaine que Vallée explique dans la conclusion de la première section de “Revelations” :

PREMIER PIÈGE : LA TRANSITIVITÉ DE L’ÉTRANGETÉ

Uri Geller Nous sommes tous enclins à ce sophisme, qui fonctionne comme suit : quelqu’un fait une déclaration extrêmement étrange que nous appellerons (A). Par exemple, (A) pourrait être l’affirmation “Je suis en contact avec une civilisation extraterrestre”. Lorsqu’on lui demandera de prouver cette affirmation, le sujet fera une deuxième déclaration très étrange que nous appellerons (B). Par exemple, il pourrait dire : “Ils m’ont donné le pouvoir de tordre ta cuillère rien qu’en y pensant.”

Naturellement, vous allez contester cette deuxième affirmation en disant quelque chose comme “Oh ouais ? Eh bien, prouve-le, petit malin !”

Dans les minutes qui suivent, le sujet transforme votre cuillère en un lamentable, inutile et méconnaissable bout de métal tordu, vous laissant stupéfait et abasourdi. Dès lors, vous direz probablement à tous vos amis que l’individu en question est bien en contact avec des extraterrestres.

Un penseur vraiment indépendant, au contraire, aurait réalisé qu’il y avait un piège. Le sujet n’a fait que démontrer l’affirmation (B), à savoir le fait qu’il pourrait plier votre cuillère…

L’esprit humain, qui aime sauter aux conclusions, a établi une transition (B est vrai, et il a été énoncé dans le contexte de A, donc A doit être vrai) qui est complètement injustifiée.



Accueil » Articles » Jacques Vallée, Pensée critique & UFOlogie intelligente