De "Mindwar" à "FoxNews"

Publié sur le blog “ Rigorous Intuitions ” le mercredi, 08 décembre 2004


FoxNews n’a pas encore atterri au Canada - le CRTC n’a que tout récemment approuvé l’ajout de sa chaîne au câble numérique - alors j’ai pu éviter d’être effrayé par le général à la retraite Paul Vallely, analyste militaire de Fox. Il a déclaré à Alan Colmes, le “libéral” de la maison Fox, que “nous n’allons pas permettre” une victoire majoritaire Chiite dans le cadre d’une élection “libre” en Irak. Pire, il a dit : “L’Iran et la Syrie sont les prochains. C’est facile à faire… Israël est (déjà) prêt à faire tomber l’Iran.”

Colmes, selon Newshounds, a ensuite demandé s’il pensait qu’une guerre sainte judéo-chrétienne contre les musulmans était une si bonne idée. Vallely a répondu : “C’est ce qui se passe. Si vous n’avez pas compris ça, alors vous n’avez rien compris du tout.”

Qui est Paul Vallely, et pourquoi dit-il cela ? Vallely est l’analyste militaire principal de FOX News, ayant pris sa retraite en 1991 de l’armée américaine en tant que commandant adjoint, US Army, Pacific. Il a servi 32 ans, dont plus de 15 dans les opérations spéciales, les opérations psychologiques et les opérations civilo-militaires. Il est co-auteur de “Endgame - Blueprint for Victory for Winning the War on Terror”.

Vallely est aussi le co-auteur d’un autre ouvrage qui mérite d’être mentionné.

From PSYOP to Mindwar: The Psychology of Victory” est un document militaire sur la guerre psychologique, écrit par le colonel Paul Vallely et le lieutenant-colonel Michael Aquino en 1980. Il a été envoyé, écrit Aquino, “à divers bureaux gouvernementaux, agences, commandements et publications impliqués ou intéressés par le PSYOP”. Je pense qu’il mérite d’être lu de plus près maintenant, parce qu’il décrit un conditionnement psychologique que les Américains pourraient bien trouver trop familier. Et le fait que l’un des auteurs soit l’analyste militaire principal de FOXNews n’est peut-être pas une bagatelle insignifiante.

Et qui est Aquino ? Un lieutenant-colonel à la retraite, du renseignement militaire et officier des forces spéciales. Ainsi que, pendant de nombreuses années, un sataniste avoué, occultiste nazi (il a dirigé une cérémonie de magie noire au château de Himmler à Wewelsburg), et fondateur du “Temple de Set”. Le nom d’Aquino apparaît dans des cas rituels de maltraitance d’enfants et il semble avoir eu l’aval des services de renseignements militaires dans le but de contrôler l’esprit des victimes par le traumatisme, notamment dans les scandaleuses affaires du “Franklin Credit Union” et du “Presidio”.

Aquino a dit que “des excentriques de toutes sortes ont essayé de faire de ce document une affaire publique simplement à cause de son titre accrocheur… Ce papier n’avait aucun lien avec MK-Ultra, ni Paperclip, ni aucune expérience nazie.”

Même si l’on croit Aquino sur parole, et qu’on rejette la suggestion qu’il a joué un rôle secret dans la recherche militaire sur le contrôle mental (une de ces “expériences nazies folles” apportées aux États-Unis par le “Projet Paperclip”), les implications de “Mindwar” sont effrayantes et plutôt familières à quiconque aura gardé les yeux ouverts pendant les années Bush.

Un fichier PDF de “From Psyop to Mindwar”, avec une nouvelle introduction, peut être trouvé sur le site web “Temple of Set” d’Aquino ici.

Quelques extraits :

Dans son contexte stratégique, MindWar doit atteindre les amis, les ennemis et les impartiaux à travers le monde - ni par des tracts primitifs ou des haut-parleurs de PSYOP, ni par l’effort faible, imprécis et limité des psychotroniques - mais par les médias possédés par les États-Unis qui ont la capacité d’atteindre pratiquement tous les habitants de la planète. Ces médias sont, bien sûr, les médias électroniques - la télévision et la radio. Les progrès de la communication par satellite, les techniques d’enregistrement vidéo et la transmission laser et optique des émissions ont rendu possible une pénétration de l’esprit des peuples comme cela aurait été inconcevable il y a quelques années à peine. Comme l’épée Excalibur, nous n’avons qu’à tendre la main et à saisir cet outil ; et il peut transformer le monde pour nous si nous avons le courage et l’intégrité de la civilisation avec lui. Si nous n’acceptons pas Excalibur, alors nous renonçons à notre capacité d’inspirer (lire “contaminer” NdT.) les cultures étrangères avec notre moralité. S’ils souhaitent alors des moralités insatisfaisantes pour nous, nous n’avons pas d’autre choix que de les combattre à un niveau plus brutal.

Contrairement aux PSYOPs, MindWar n’a rien à voir avec la tromperie ou même avec la vérité ” sélective ” - et donc trompeuse. Il énonce plutôt une vérité totale qui, si elle n’existe pas maintenant, sera imposée par la volonté des États-Unis. On peut citer les exemples de l’ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev pendant la crise des missiles cubains et la posture d’Hitler à Munich. Un message MindWar n’a pas à remplir les conditions de crédibilité abstraite comme le font les PSYOPs ; sa source le rend crédible. Comme Livy l’a dit un jour : “La terreur du nom romain sera telle que le monde saura qu’une fois qu’une armée romaine aura assiégé une ville, rien ne la déplacera - ni les rigueurs ou l’hiver ni la lassitude des mois et des années - qu’elle ne connaîtra pas d’autre fin que la victoire et qu’elle est prête, si un coup rapide et soudain n’est pas concevable, à se réserver jusqu’à ce que cette victoire soit acquise.”

Pour que l’esprit croie en ses propres décisions, il doit sentir qu’il a pris ces décisions sans coercition. Les mesures coercitives utilisées par l’agent, par conséquent, ne doivent pas être détectables par des moyens ordinaires. Il n’est pas nécessaire de recourir à des drogues qui affaiblissent l’esprit comme celles expérimentées par la CIA ; en fait, l’exposition d’une seule de ces méthodes causerait des dommages inacceptables à la réputation de vérité de MindWar. Le PSYOP existant identifie les facteurs purement sociologiques qui suggèrent des idiomes appropriés pour les messages. La doctrine dans ce domaine est très développée, et la tâche consiste essentiellement à rassembler et à maintenir des individus et des équipes ayant suffisamment d’expertise et d’expérience pour appliquer efficacement la doctrine. Il ne s’agit cependant que de la dimension sociologique des mesures de réceptivité des groupes ciblés. Il existe des conditions purement naturelles dans lesquelles les esprits peuvent devenir plus ou moins réceptifs aux idées, et MindWar devrait tirer pleinement parti de phénomènes tels que l’activité électromagnétique atmosphérique, l’ionisation de l’air et les ondes de fréquences extrêmement basses.

Trois choses à noter :

  • Que MindWar “déclare une vérité totale qui, si elle n’existe pas maintenant, sera imposée par la volonté des États-Unis” sonne comme le ricanement dérisoire lancé contre notre “communauté basée sur la réalité”, ainsi que l’assistant principal de la Maison-Blanche l’a exprimé à Ron Susskind :

    “Nous sommes un empire maintenant, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité - judicieusement, comme il vous sied - nous agirons à nouveau, en créant d’autres réalités, que vous pourrez aussi étudier, et c’est ainsi que les choses se feront désormais. Nous sommes les acteurs de l’histoire…. et vous autres, vous tous, vous serez simplement condamnés à étudier ce que nous faisons…”


  • Que ce papier militaire, maintenant daté de 25 ans, parle en toute franchise de tirer profit de “l’activité électromagnétique atmosphérique, de l’ionisation de l’air et des ondes de fréquences extrêmement basses”, suggère que nous devrions parler de la militarisation de ces phénomènes d’une manière tout aussi sérieuse.


  • Et que le co-auteur de “MindWar” soit le fondateur du “Temple de Set”, dissipe peut-être une partie du rideau de fumée avec lequel Vallely obscurcit la guerre de rapine fasciste étasunienne tout en prétendant qu’il s’agit d’une “croisade judéo-chrétienne”.




Accueil » Articles » De "Mindwar" à "FoxNews"