La Bataille pour "Aum Shinrikyo"

Par David Guyatt - www.deepblacklies.co.uk


Hiroyuki Jo, un Coréen de 29 ans, était flanqué de deux assistants. Alors que sa cible s’approchait, Jo se tourna vers l’un de ses complices qui lui tendit un grand couteau de cuisine dissimulé dans une mallette. Le trio a soudainement bondi en avant, isolant la cible. Avec un coup expert, Jo a entaillé le poignet gauche de sa victime - un geste qui expose à un coup de couteau fatal. Ayant privé sa proie de toute possibilité de se défendre, l’assassin s’est empressé de l’achever, enfonçant à plusieurs reprises sa lame dans l’abdomen. L’ensemble de la scène a été filmé en direct par des caméras de télévision et devant des centaines de journalistes du monde entier.

Sa mission terminée, le tueur attendit patiemment d’être arrêté, alors que ses deux assistants se fondaient discrètement dans la foule. L’assassinat a été orchestré par les Yamaguchi-gumi, qui font partie du redoutable syndicat du crime japonais connu sous le nom de Yakuza. La victime était Hideo Murai, ministre de la science et de la technologie du culte religieux “Aum Shinrikyo”. Quelques semaines seulement avant l’attentat, Aum avait été condamné à l’échelle internationale en tant que groupe terroriste pour avoir libéré le gaz neurotoxique mortel, “Sarin”, dans le métro de Tokyo.

Murai possédait un QI plus élevé que celui d’Einstein et était considéré comme le Japonais le plus intelligent qui ait jamais vécu. Son rôle au sein d’Aum Shinrikyo était le développement d’armes de destruction massive extrêmement sophistiquées. Il s’agit notamment d’un dispositif sismique avancé alimenté par laser capable de générer des séismes massifs. Quelques semaines avant sa mort, Murai était présent lors d’une conférence de presse au Foreign Press Club de Tokyo, où le gourou d’Aum, Shoko Asahara, a affirmé que le tremblement de terre massif qui a dévasté la ville de Kobe était un acte de guerre. Aussi incroyables que ces affirmations puissent paraître, elles ne sont pas dénuées de substance.

Alarmé par les activités d’armement d’Aum Shinrikyo, le Sénat américain a mené une enquête sur le culte. Leur rapport publié en octobre 1995 soulignait l’intérêt intense de la secte Aum pour le travail de Nikola Tesla. Au tournant de ce siècle, Tesla avait mené de nombreuses expériences dans le domaine des systèmes d’armes électromagnétiques avancés. En 1896, il a accidentellement déclenché un tremblement de terre dans une douzaine d’îlots de New York. L’agitation était telle que la police locale a pris d’assaut son laboratoire. Réalisant ce qui s’était passé, l’inventeur prit précipitamment un marteau de forgeron et écrasa en morceaux un oscillateur. Plus tard, il a fait remarquer que le tremblement de terre a été causé “par un petit appareil que l’on pouvait glisser dans sa poche”.

Le rapport du Sénat décrit comment les représentants de la secte Aum ont visité l’International Tesla Society (ITS) basée à New York pour avoir accès aux documents de recherche de Tesla. Cependant, ceux-ci avaient été confisqués par le gouvernement américain en 1943 - l’année de la mort de Tesla - et classés ” secret-défense “. Ils demeurent secrets jusqu’à ce jour. Un porte-parole de l’ITS a déclaré aux enquêteurs du Sénat que l’intérêt de la secte Aum se concentrait sur les expériences de Tesla sur les “fréquences de résonance” en rapport avec la création artificielle de tremblements de terre. Fait remarquable, le rapport du Sénat mentionne également l’affirmation de Tesla selon laquelle il pourrait ” fendre le monde en deux “. Cette affirmation époustouflante aurait été reflétée dans l’avertissement donné par le premier ministre russe Nikita Krushchev en 1960. Krushchev a fait référence à “…. l’avènement d’une nouvelle classe de super-armes soviétiques, si puissante qu’elle pourrait anéantir toute vie sur terre”. Le commentaire, fait au plus fort de la guerre froide, n’était clairement pas une allusion aux armes nucléaires - qui font déjà partie intégrante de l’arsenal soviétique tant redouté.

Les connexions russes de la secte Aum sont également d’une importance considérable. Pendant plusieurs années, le culte avait profondément pénétré l’armée, les services de renseignement et l’establishment politique de la Russie. Parmi les contacts de haut niveau, il y avait Oleg Lobov, un proche confident du premier ministre Boris Yeltsin. Plus tard, Lobov est devenu président du Conseil de sécurité de la Russie - la plus haute instance décisionnelle du pays. Lobov, qui était également président du Collège Russie-Japon, aurait reçu plus de 100 millions de dollars pour les services rendus à Aum Shinrikyo.

Le Collège Russie-Japon a été utilisé par la secte Aum comme plateforme pour recruter des scientifiques de haut niveau travaillant sur la recherche et le développement d’armes sophistiquées. Cela a permis à la secte de recruter un chercheur de haut niveau et plusieurs employés du plus important centre de recherche nucléaire de pointe de Russie, l’Institut Kurchatov. Le principal négociant en armement d’Aum, Kiyoide Hayakawa, avait en outre conclu l’achat d’un laser à gaz russe pour les armes à plasma. Ces dernières sont des technologies de pointe qui, encore une fois, reflètent une grande partie des premiers travaux de Tesla. Les contacts considérables d’Aum au sein de la communauté du renseignement russe n’étaient pas des moindres.

Mais qu’est-ce qui a poussé une secte religieuse japonaise à acquérir des armes de destruction massive sophistiquées ? La réponse est ancrée dans l’histoire obscure du Japon et tourne également autour d’un autre culte japonais - le militariste Soka Gakkei. Cette dernière est une énorme secte religieuse avec 15 millions de membres dans le monde entier et des finances massives. Selon des journalistes d’investigation japonais chevronnés, Yoichi Shimatsu Clark et Jack Amano, Soka Gakkei adhère à l’enseignement du moine et prophète bouddhiste du 13ème siècle, Nichiren. L’enseignement primaire de Nichiren impliquait la suppression active de toutes les autres sectes rivales. En outre, il prêchait avec zèle une doctrine de “guerre finale” (saisho senso) à combattre contre l’Occident chrétien et le monde islamique.

Cette dernière doctrine a été revitalisée dans les années 1930 par le stratège militaire en chef de l’armée d’occupation japonaise en Mandchourie. Kanji Ishihara, un admirateur d’Adolf Hitler, soutenait qu’un gigantesque conflit mondial approchait. Cette guerre, croyait-il, serait menée avec des “armes de laboratoire” époustouflantes, y compris des armes chimiques, biologiques et nucléaires. Ce n’est pas un hasard si la Mandchourie a été le principal théâtre d’opérations de la désormais tristement célèbre Unité 731 - une fabrique d’armes biologiques top secrète. C’est ici que des expériences innommables ont été menées sur des prisonniers chinois locaux et des prisonniers alliés de la 2ième guerre mondiale. L’expertise japonaise en matière d’armes chimiques et biologiques acquise pendant la 2ième Guerre mondiale n’a pas été perdue à jamais. En fait, cela occasionna à peine une gêne passagère. Le Lt Général Ishii, l’officier le plus haut gradé de l’unité 731 a continué son travail après la guerre sous le contrôle top secret des Etats-Unis.

Fait remarquable, les dirigeants de la secte Aum ont également adhéré aux enseignements du moine Nichiren et de son disciple du XXe siècle, Kanji Ishihara. Le gourou de Aum, Shoko Asahara s’est engagé dans la guerre finale qui a prédit une lutte prodigieuse qui durera 100 ans. L’échec des militaristes de droite pendant la 2ième Guerre mondiale à remporter la victoire n’a pas été considéré comme la fin de la guerre de 100 ans, mais simplement comme un début provisoire. Au début des années 90, Aum avait développé de puissantes bombes nucléaires et entreprenait un programme accéléré pour construire une arme sismique, selon l’ancien enquêteur du Sénat, Dan Gerber, lors d’un appel téléphonique au géophysicien australien Harry Mason.

Mason a enquêté sur une série “d’événements” sismiques particuliers et d’autres phénomènes étranges dans les vastes espaces ouverts de l’Australie occidentale. Il s’agit notamment de 173 séismes de 3-0 sur l’échelle de Richter, dont la majorité s’est produite en l’espace de 10 mois seulement. Fait significatif, Mason a constaté que les épicentres de ces tremblements de terre étaient espacés de 10 kilomètres. Il est clair qu’ils ne sont pas d’origine naturelle. L’intérêt de Mason pour le culte de la secte Aum fait suite à sa découverte d’un grand tremblement de terre inexpliqué avec des phénomènes aériens étranges. Ce séisme, d’une magnitude de 3,7 sur l’échelle de Richter, a eu lieu le 28 mai 1993 près de la station ovine de Banjawarn. Étonnamment, Aum Shinrikyo a entamé des négociations pour l’achat de la station ovine trois jours avant le tremblement de terre. Plus important encore, Kiyode Hayakawa, le marchand d’armes d’Aum, s’est mis à effectuer des tests électromagnétiques sophistiqués dans les environs de Banjawarn juste avant d’autoriser l’achat. Il s’agissait notamment d’insérer des sondes électriques dans le sol, puis d’alimenter un ordinateur portable avec les données accumulées.

Pendant ce temps, le premier dogme du moine Nichiren était également dépoussiéré avec une intention mortelle. La rivalité entre Soka Gakkei et Aum Shinrikyo était amère. De nombreuses bagarres entre membres rivaux s’étaient produites. Cela semble avoir été suivi d’une période de trêve relative. La période de paix a été attribuée à une série de négociations délicates entre la Russie et la secte Aum qui se sont concentrées sur le transfert d’armes et de savoir-faire de haute technologie. Celles-ci ont été discrètement soutenues par le gouvernement japonais.

Une fois les accords finalisés, un nouveau cycle de violence a éclaté entre les sectes belligérantes. Le résultat a été l’attaque au gaz Sarin sur le réseau de métro de Tokyo qui a été rapporté dans le monde entier. Par la suite, le pouvoir de Aum Shinrikyo a glissé dans l’oubli. Les journalistes qui enquêtent sur l’affaire Aum concluent maintenant que Soka Gakkei est responsable de l’attaque Sarin. D’un seul coup, ils ont habilement neutralisé leurs principaux rivaux et ont ingénieusement acquis les armes et l’expertise technologique acquises par Aum au cours du cycle de négociations difficiles à Moscou.

Soka Gakkei possède une influence considérable au sein du gouvernement japonais, de la bureaucratie en place et de toutes les grandes entreprises japonaises. Selon Jack Amano, journaliste chevronné, ils ont des cellules secrètes qui infestent tous les secteurs du gouvernement et des grandes entreprises. A l’avenir, on peut craindre que le gouvernement japonais ne se serve de Soka Gakkei comme d’un masque pour mener à bien les plans apocalyptiques de la secte Aum en faveur d’une guerre mondiale.

Dans un article de fond publié plus tôt cette année, le journaliste Jack Amano, révèle comment la communauté du renseignement japonais a appris l’existence de nouvelles armes terrifiantes. En 1987, un satellite japonais connu sous le nom de “Ginga” a été lancé. Faisant le tour du globe en orbite haute, on disait que le satellite était à la recherche d’”émissions de rayons X provenant d’étoiles lointaines”. Cependant, sa mission secrète était de détecter les rayonnements gamma provenant des essais nucléaires russes et chinois. En juin 1987, Ginga a enregistré une impulsion massive de rayons gamma en provenance d’une zone située sous le satellite orbital. Une enquête hâtive a montré que les émissions de radiations provenaient de Kosmos 1900, un satellite soviétique. Le satellite rayonnait les ceintures Van Allen dans la haute atmosphère. La conclusion était que les Russes étaient engagés dans l’ingénierie météorologique ainsi que dans le développement d’une plate-forme spatiale pour la défense antimissile et l’induction des tremblements de terre.

Alors que les informations du satellite “Ginga” ont été filtrées par des scientifiques sélectionnés, un étudiant diplômé de l’Université préfectorale d’Osaka a examiné les données. Hideo Murai était l’un des plus grands astronomes japonais de l’époque. Ainsi commença son voyage malheureux dans les rangs de Aum Shinrikyo - le culte apocalyptique qui était secrètement parrainé par Toshio Yamaguchi, chef du service de renseignement extérieur du Japon.

Murai, qui savait tout et qui, après l’attaque tragique au gaz “Sarin” dans le métro de Tokyo, s’apprêtait à faire des révélations, a dû être réduit au silence. Pendant ce temps, l’installation “miroir” américaine en Alaska, appelée HAARP, qui fait double emploi avec les capacités russes, a été mise en ligne en 1995.

HAARP - Une arme météorologique américaine ?

Dans leur livre, Angels Don’t Play this HAARP, les auteurs Nick Begich et Jeanne Manning, révèlent les détails du projet HAARP que l’armée américaine a préféré garder secret. Le High-frequency Active Auroral Research Project était principalement basé sur les brevets de Bernard J. Estlund, qui a reconnu qu’ils étaient en partie tirés des expériences antérieures de Nikola Tesla. Les nombreux brevets des scientifiques d’Eastlund et plus tard HAARP révélés par les auteurs démontrent que le projet est axé sur les armes. Les systèmes d’armements comprennent des boucliers antimissile massifs, des armes à impulsion EM, l’interrogation par satellite, la modification des conditions météorologiques et l’induction de tremblements de terre. Les activistes opposés affirment que le projet est intrinsèquement dangereux et chargé de désastres potentiels pour la planète.

Aum et les “Moonies”

Le gourou charismatique d’Aum, Shoko Asahara, n’était peut-être que le chef titulaire de la secte, selon un agent du Bureau des enquêtes de la sécurité publique - l’équivalent japonais du FBI. Le chef de l’armement de la secte, Kiyohide Hayakawa, a fait allégeance à un “noyau dur” d’agents de la secte Aum. Ils étaient impliqués dans “l’espionnage, le trafic d’armes, la distribution de drogue et d’autres crimes….”. Fait significatif, Hayakawa était autrefois un haut fonctionnaire de l’Église de l’Unification, fondée par le révérend Sun Moon. On ne sait toujours pas si Hayakawa avait vraiment touné casaque ou s’il opérait simplement sur les instructions de son employeur coréen fanatique. Le recours à un Coréen de souche pour assassiner le chef scientifique de la secte Aum, Hideo Murai, peut en dire long.

L’énigme de Judée

La dernière phrase de Hideo Murai, après de multiples coups de couteau, était “Yudaya”. Traduit par “Judée”, cela a conduit à d’intenses spéculations. Plus tard, l’attaché de presse de la secte, Fumihoro Joyu, a révélé qu’il s’agissait d’un mot de passe. Selon le journaliste d’investigation Yoichi Shimatsu Clark, son importance réside en partie dans l’emblème de l’étoile de David de l’État juif - l’étoile à six branches. C’est aussi le symbole de la maison impériale du Japon. A l’intérieur de l’enceinte du Palais Impérial se trouve une installation gardée qui abrite des milliers d’étoiles à six pointes. C’est ici que les représentants de la secrète Aum ont rencontré d’autres personnes fantomatiques mais puissantes du gouvernement de l’époque pour discuter des méthodes d’acquisition de la technologie d’armement la plus avancée. On pense désormais que l’ordre d’assassiner Murai provenait également de cet endroit…




Accueil » Articles » La Bataille pour Aum Shinrikyo